L'ANCI écrit à la FNCF

Les circuits de cinéma itinérants vivent des heures plus que difficiles. Comme toute l'exploitation cinématographique, et comme toutes les composantes économiques et sociales de la société.

L'activité des circuits itinérants risque de subir des dommages, et il est primordial d'être présents pour faire en sorte que le secteur cinématographique, dans son ensemble, surmonte au mieux cette épreuve. L'ANCI veille à ce que le cinéma itinérant ne soit pas oublié par les pouvoirs publics; le courrier envoyé par notre présidente Anne Lidove à Richard Patry, président de la FNCF, va dans ce sens.

 

 

Mr Richard Patry

Président de la FNCF

15 rue de Berri 75008

Paris

                                                                                                                                         

Monsieur le Président,

Nous suivons attentivement les publications de la FNCF et les transférons chaque jour aux circuits de cinémas membres de l’Association nationale des cinémas itinérants. Nous vous remercions de nous tenir informés et nous sommes rassurés par les positions et les démarches de la FNCF pour défendre les exploitants de cinéma pendant cette crise et dans la perspective d’une reprise.

Les circuits de cinéma itinérants vivent également un arrêt complet de leurs activités, avec les mêmes conséquences que les salles fixes concernant l’absence de billetterie. Nous attendons également que les salles municipales, dans lesquelles nous mettons en place nos projections, aient l’autorisation de ré-ouvrir.

La perspective d’une autorisation tardive des regroupements de personnes nous inquiète d’autant plus que nous commençons en général en juin notre saison des projections en plein air. Cette activité représente pour certains circuits de cinéma itinérant plus de la moitié de leurs revenus annuels et donc, si nous ne pouvons pas réaliser cette activité, c'est une catastrophe...

Ces activités en plein air pourraient sans doute présenter moins de risques, à condition de respecter des distances de sécurité, une jauge réduite et une protection des spectateurs, qu’un confinement en salle. Et nous pourrions organiser un événement de reprise du cinéma en partenariat avec les salles fixes qui le souhaiteraient, par des projections en extérieur, avec leur billetterie. Une telle initiative est en cours d’élaboration en Occitanie, peut-être que d’autres territoires et organisateurs pourraient être intéressés.

En vous remerciant par avance de votre écoute et de votre soutien, je vous prie de recevoir, Monsieur le Président, mes salutations les plus respectueuses.

 

Sillingy, le 20 avril 2020

Anne Lidove

 

Présidente de l’ANCI