Projections non commerciales: Éric Raguet intervient au congrès de la FNCF

Lors du dernier congrès des exploitants à Deauville,

la question des projections dites non-commerciales

et des séances de cinéma en plein air a été abordée.

 

 

"Ces sujets sont revenus à deux reprises, dans les discussions par branche (petite exploitation pour les circuits itinérants) et lors des débats avec les pouvoirs publics (CNC).

Suite à la réflexion d’un exploitant lors du débat avec les pouvoirs publics, Éric Raguet, Président de l’ANCI, a fait une intervention au sujet des projections en plein air.

La question portait sur le caractère légal ou non de ces projections, sur la nature des opérateurs et sur le phénomène de concurrence avec un cinéma fixe.

Éric Raguet a rappelé que les Circuits Itinérants assuraient beaucoup de projections plein air, soit en tant qu’organisateurs, soit en tant que prestataires (la plupart des projections sont assurées sur des prestations à la demande d’associations ou de collectivités). Elles se font toutes dans un cadre légal avec des demandes officielles qui sont formulées auprès des DRAC par les circuits itinérants ou par les organisateurs eux-mêmes. Dans ce deuxième cas, les circuits itinérants prestataires s’assurent que les demandes ont bien été déposées par les organisateurs. Cette exigence peut être utile au CNC dans la mesure où les circuits vérifient en amont la légalité de la séance.

Il a rappelé que les projections se font avec des projecteurs et des supports de diffusion professionnels (projection numérique en format DCP). C’est vers cette voie qu’il faudrait s’orienter dans la délivrance des autorisations afin d’éviter les projections en mode dégradé (Blu-ray ou DVD).

Enfin, la projection numérique permettant de diffuser des contenus avant les séances, Éric Raguet a souligné l’importance d’établir des partenariats avec les salles de cinéma pour, à l’occasion de ces projections en plein air, diffuser des informations sur leurs activités (programme, animations etc.). Par exemple, des films réalisés lors d’ateliers d’éducation à l’image sont parfois diffusés avant une séance plein air; films qui, souvent,  sont réalisés dans le cadre d’un projet monté par la salle de cinéma de la ville. La séance en plein air apporte alors une lisibilité supplémentaire et une plus-value au cinéma du secteur.

Loin de toute notion concurrentielle, les projections en plein air sont au contraire l’occasion de valoriser le cinéma sous toutes ses formes et de toucher des publics nouveaux qui, à terme, se déplaceront vers les salles dont on aura pu faire la promotion".

 

Dans la prolongation de cette intervention, l’ANCI sollicitera le CNC afin d’être associé aux réflexions qui sont menées sur les projections non commerciales  et sur le cinéma en plein air.